Un monde où le bien et le mal se battent sans cesse. [Hentai/Yaoi/Yuri autorisés]
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryoma Orakami
~ Fondat' | Maréchal ~
avatar

Nombre de messages : 1664
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Jeu 31 Déc - 0:41

[Sujet précédent ici]

1…Ils avaient tous repris le chemin pour sauver les rescaper bien que Ryoma regrettait leur choix…2…Le rythme s’était accélérer
maintenant le petit groupe intrépide ne marchait plus il courrait…3…La sueur perlait le front de la jeune succube…4…Les minutes
passaient trop vite et leur progression était trop lente…5…Ryoma avait situer l’aura dans les environs de la prison c’était d’un coter…
6…Ils avaient passer les remparts du mal sans aucun mal et pour causes la porte était grande ouverte sans aucun partisans d’Akuma
a l’horizon…7… Ils progressaient dans ce paysage immonde leurs course résonnant dans la ruelle silencieuse…8…Il fallait qu’ils se
dépêchent Asmodée n’avait qu’une demie heure…9…Ryoma hâtait le pas de plus en plus fendant l’air a une vitesse continuellement
grandissante…10…Les rues étaient trop vide cela sentait le piège a plein nez mais pas le temps de chipoter ils sont en train de mourir
et si ca continue elle perdra Asmodée aussi…11…Les voila au pied d’un grand donjon, la porte était ouverte et la gardes absent. De
plus en plus étrange…12…L’aura faiblissait de plus en plus il meurt et les autres sont tellement agonisant qu’elle ne les sentait pas…
13…Toutes les cellules étaient vide encore plus étrange…14…Ces couloirs n’ont donc pas de fin ?! Une cellule occupée !...15…
Cette cellule n’était qu’une marre de sang. Des boyaux jonchaient le sol, des têtes étaient fièrement embrochées au sommet d’une
lance. Ryoma força la porte de barreaux de la cellule et entra. Un de ses hommes était bien vivant oui ! Mais dans quel état...16…
Il était couvert de sang éventer, ses boyaux mélanger a ceux de beaucoup d’autre de ses hommes était rependu par terre.
Il était a peine conscient mais déjà mort. Il s’étouffait dans son propre sang regardant avec des yeux implorant la jeune
Maréchale…17…Ryoma tomba a genoux ramassant les entrailles du jeune soldat espérant surement le sauver…18…Le soldat mourut
sous les yeux de la jeune Ryoma qui ne pu rien faire en larmes…19…On avait délibérément laissé le passage au petit groupe pour
que Ryoma voie ce massacre. Un avertissement ? Ryoma arrêta de compter les minutes qui restaient a Asmodée. Elle fixait
ses mains couverte du sang de son ex ami… Ce n’était pas un piège… C’était une mise en scène visant a détruire Ryoma. En effet
tous les membres de l’escadron d’élite étaient des amis d’enfance de Ryoma… Sanji allait être père…Il faudrait a la jeune femme
annoncer a son épouse qu’elle était veuve et son futur enfant orphelin de père…Shanandia, c’était le jour de son anniversaire…Quel
cadeau de se faire massacré le jour de son anniversaire…Mon dieu pourquoi eux…Elle n’arrivait pas a être en colère le cœur
déchiré par la mort de ses amis…Son aura dégageait une tristesse infinie et d’une puissance incommensurable…C’est une partie
d’elle-même que l’on vient de tuer ce soir…Elle regarda Asmodée cherchant ce qu'elle doit faire...Aller sa venger? Ou repartire
tranquillement ramenant les corps...Toute ces blessures pour rien...Quelle folie...

_________________
Invité, soit mon ami car si tu es mon ennemis et que tu es sur mon chemin tu va souffir ;)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedelamagie.frbb.net/
Asmodée
~ Soldat d'Elite ~
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 46
Date d'inscription : 23/07/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Jeu 31 Déc - 3:46

Il n’y avait plus rien à faire, le dernier survivant, si on pouvait appeler ce corps en lambeau, survivant, venait de mourir.
Je regardais se spectacle atroce, qui pourtant me laissais insensible pour l’avoir vu mainte fois au cours de mon service aux seins du commando d’élite.
Je regardais Nast qui avait l’air horrifier et puis mes yeux se posère sur Ryoma.
Elle me regardait anéantie par le spectacle des siens déchiqueter et laissé la !
Ses yeux me demandais quoi faire, elle était perdue et cherchais en moi un soutient.
Une douleur me vrilla le ventre, les 30 minutes de répits que m’avait accordé Nast touchais à leurs fin.
Je pris la main de Ryoma dans la mienne
« Il est l’heure de rentrer petite fille, il n’y as plus rien à faire ici et jeter ton désespoir dans la vengeance et le carnage, ne les ramènera pas. »
« Rentre chez toi, va voir leurs famille réconforte les ! Et pleurs tes amis disparut bravement »

La douleur était de plus en plus présente, je repris mon souffle, devenu court et haletant.
« Nast, tu t’es comporté comme un guerrier, j’ai été fier de combattre avec toi, veille sur Ryoma »« Les prochain moments seront pénible »
Mes yeux se brouillaient, il me restait peu de temps, je devais partir, j’étais dans mon domaine et je connaissais l’endroit ou me faire soigner.
Mais en aurais je le temps, la force, l’envie…
Je regardais Ryoma et je sus que j’en aurai l’envie, pour le reste c’étais l’inconnus.
« Allez mes amis »
Je pris la main de Nast et d’une poignée ferme, je la serrai, je m’approchai de Ryoma et déposais un baiser qui était chargé de toute la tendresse dont j’étais capable.
Je repris une grande bouffée d’air, je fit appel à toutes les force et la maîtrise dont j’étais capable.
J’imposais mon image immobile et souriant à leurs esprit et je m’en fui.
Si je devais mourir, je ne voulais pas qu’elle y assiste, Mais pour la première fois depuis très longtemps.
Je voulais vivre, survivre !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nast
~ Soldat personnel de Ryoma ~
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 24
Localisation : un coin pommer du gars
Date d'inscription : 12/12/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Ven 1 Jan - 19:33

Lorsque l'on arriva la où semblaient se trouver les survivant, ce fût un théâtre de l'horreur et du carnage. Un seul soldat continuait à dégager de l'énergie vital mais il s'éteignit dés le moment où nous sommes entrés. On avait risqué nos vie pour rien et face à cette horreur Ryoma paraissait être détruite de l'intérieur. Etait ce un coup monté pour anéantir Ryoma? Je n'en savais rien, tout ce dont j'étais sur c'était qu'une rage tel que je n'en avais jamais eu montait en moi. Je voyais rouge, je tremblais d'envie de détruire tous les résponssables de cette tuerie , et la douleur qui me lacérait le dos n'arrangeais rien. Et comme si ce n'était pa suffissant Asmodée nous quitta, sa blessure commençait à reparaitre...il était le seul à être capable de réconforter Ryoma et il partit...je ne savais pas quoi faire dans une tel situation, j'avais moi même du mal à me controler, alors comment pouvais-je soutenir Ryoma?
Les corps ayants toujours leur tête quasiment intacte, je commença donc a refermer leur blessures, je savais bien que ça ne les ramennerai pas à la vie mais se serai bien plus supportable pour Ryoma et c'était tout ce que je pouvais faire. Je n'ausa pas dire un mots, de toute façon je ne pouvais rien dire dans de tel circonstance. Je m'approcha de Ryoma et la regarda le plus serainement possible mais mon aura me trahissait, elle était toujours sombre, le néant absolue...Première mission, premier combats, premier carnage...mais pourquoi fallait-il que ça se passe ainsi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryoma Orakami
~ Fondat' | Maréchal ~
avatar

Nombre de messages : 1664
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Sam 2 Jan - 2:49

Ryoma réstait là, a genoux, figée aussi bien par la douleur d'avoir perdu ses amis que par l'horreur qu'offrait ce carnage. Un
bain de sang oui...Un massacre le mot était juste. Les sanglots de la jeune femme résonnaient dans le silence mortuaire de la prison.
Les murs étaient froids et d'un gris sans pareil, rendant la scène encore plus horrible. La jeune femme murmurait d'une voix
pleine de chagrin le nom de ses amis mort massacré. Elle fixait toujours ses mains couverte du sang de ses camarades tremblante comme
une feuille. Qui...Qui pourrait être asse cruel pour organiser un tel massacre?! La vie a tel si peu d'importance a ce jour au point
de vouloir tuer des innocents en reconnaissance juste pour déstabiliser quelqu'un? Elle ne pensait même pas a se vengée juste
a demander pourquoi il ou elle avait fait ça...Elle sentait un vide énorme en elle le même vide que le soir où ses parents ont été
tuer, on lui avait arraché le coeur, on lui avait prit un bout de son âme...A chaque morts d'un de ses proches, a chaque carnages
elle sentait la partie humaine en elle disparaitre peu a peu. Elle avait luttée pour ne pas être une succube agressive qui tue sans raison,
qui est au bord de la folie mais a chaque fois elle sent la partie démoniaque en elle prendre plus en plus de place. Ryoma est ce
que l'on appel communément une hypersensible, un événement l'affecte 5 a 6 fois plus qu'il pourrait affecter quelqu'un d'autre. Et de
ce faite, sa sensations de s'enfoncer dans les sombres abisses démoniaque était décuplée. Elle se releva se retournant vers
Nast toujours là, Asmodée, lui était partit, surement a cause de ses blessures. Malgré tout la jeune femme était décue, si elle méttait
tant de ferveur a garder Asmodée avec elle c'est de peur qu'il parte sans plus revenir après... Elle fixait Nast les yeux plein de larmes
tombant dans ses bras:


"Nast...J'ai mal...Pourquoi est-il partit...Qui a fait ça...Mes amis...Nast...Sanji...Shanandia...Asmodée...Dite moi pourquoi..."

_________________
Invité, soit mon ami car si tu es mon ennemis et que tu es sur mon chemin tu va souffir ;)



Dernière édition par Ryoma Orakami le Mar 5 Jan - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedelamagie.frbb.net/
Akuma Jigoku
~ Admin | Tyran ~
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 23
Localisation : Coincée dans les chiottes depuis 300 ans déjà... Elle est où la clée??
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Mar 5 Jan - 22:43

[Sujet précédent ici]
[H.S :Et non, pas de petit duo(logue) entre vous !! xP]

Malgré la manière dont Ryoma l’avait accueillit à son entré à Raxephone, le jeune tyran n’arrivait pourtant toujours pas à la haïr. Mais il ne pu tout de même pas rentré chez lui directement, car sa conscience lui était trop lourde. La façon dont la maréchale l’avait repoussé et injurié, sans qu’il n’en laisse rien paraître, lui avait brisé le cœur… Dans le font, n’était-elle pas plus cruel que lui ? C’est en pensant faire le bien que, parfois, on répand le plus de mal… En tout cas, c’était ce qu’il avait ressenti… Depuis toujours, elle le faisait souffrir, et lui gardait le silence… Ne pas montré la faiblesse qui s’emparait de son cœur chaque fois qu’il la voyait… Résisté à l’envie de lâcher les armes et de lui demander pardon… Mais… Un pardon, ce n’est que de l’orgueil mal placé de la part de ceux qui ont tué… Akuma soupira.
Les mains dans les poches de son long manteau de cuir noir,la capuche rabattue sur son visage et la cigarette au coin des lèvres, le jeune homme continuait de broyer du noir, ses yeux de glace rivés sur le sol de terre brune et fissurée par la sécheresse. L’esprit encore embrumé par les injures de celle qu’il aimait, le jeune démon avait traversé Hastraya sans s’en rendre compte, et entrait désormais dans Okuno. Le ciel, qui déjà à Raxephone était sombre, noirci encore plus, chargé par de lourds nuages chargés de pluie et d’éclairs. Dans combien de temps la tempête allait-elle se déchaînée ? Il entendait déjà au loin le tonnerre grondé. Mais qu’importait tout cela… Seul, il se sentait libre. Libre de l’étiquette de tyran qui le poursuivait depuis bien longtemps. Celle qui le rend froid et sans cœur. Seul, il pouvait laisser ses sentiments s’exprimés librement, et il ne pu retenir la larme qui s’était formé au coin de son œil droit alors qu’il quittait la si séduisante Ryoma. Une autre la suivit alors, faisant légèrement coulé son maquillage noir. Mais les lois étaient formelles. Il ne pouvait se laisser attendrir par la jeune femme. Son honneur ne le supporterait pas. Et puis, accordé sa confiance, c’était offrir son dos au poignard. La confiance est la preuve de naïveté la plus dangereuse… Combien de fois en avait-il fait l’expérience ?Il ne le savait plus… Trop de fois, à son goût…
Alors qu’il tapotait sa cigarette, Akuma laissa échapper un bâillement. Monde cruel. Reprenant conscience de son rang, et de la dignité dont il devait faire preuve, il essuya machinalement les quelques larmes qui continuaient de rouler en silence sur son visage fin, comme des perles de diamant sur le visage d’un enfant. Mais justement, le tyran n’était plus un enfant… Le visage toujours rivé sur le sol, le démon soupira. Non, il ne voulait pas rentrer directement chez lui. Et surtout pas passé par la ville ou la taverne qu’il jugeait trop bruyante et malpropre. Le seul endroit qui pourrait lui permettre de passer la tempête à l’abri, tout en étant seul, c’était la prison. Ce lieu entièrement fait d’épaisses pierres grises et humides. Ce lieu froid et sombre, ou règne continuellement cette douce odeur de fer qu’est le sang, et ou résonne pour l’éternité les cris des âmes agonisantes après avoir été cruellement torturées… Et le jeune homme aime les écoutés ces voix… Toutes ces voix… Des hommes, des femmes, et même des enfants… Tous ces murmures qui forment a l’unisson, un brouhaha insoutenable. Et pourtant, il le soutenait, et se disait qu’il y avait donc des personnes plus malheureuses que lui… Toutes ces âmes prisonnières de ces épais murs de pierre…
Alors ses pas se dirigèrent vers l’immense bâtiment de pierres froides, et s’en remarqué quoi que ce soit, s’engouffra à l’intérieur par la porte restée grande ouverte, alors qu’elle aurait due se trouver close. A peine entré, l’odeur suffocant de l’humidité mêlée au sang lui remplit les narines, l’étouffant presque. Une odeur de sang frai… Enfin, cela ne lui importait peu… Il arrivait couramment que des soldats viennent torturer les prisonniers afin d’en obtenir de quelconque information… Rien de bien intéressant, à vrai dire… Autrefois, quand il venait d’arrivé à son poste de tyran, il passait des journées entières à supplicier des innocents de manières les plus atroces les unes que les autres…[Pour les âmes sensibles, l’auteur censure les différentes tortures à caractères sexuels et gores]. Mais, il finit par se lasser de ces amusements, et finit par s’enfermer chez lui, à boire et à fumer, en étudiant des ouvrages scientifiques dans une langue étrange et qui n’intéressent personnes… En somme, il s’était entièrement renfermé sur lui-même. De toute manière, il préférait rester couper du monde… Le monde, cela lui faisait pensé à son titre… Et du coup, à son amour impossible envers la femme dont il avait massacré les parents…
Akuma avait enlevé sa capuche, laissant glissé ses longs cheveux jais, coupé inégalement, tombant en cascade sur ses épaules et le long de son dos. Ses yeux regardaient machinalement les cellules de prison, tantôt vide, tantôt pleine d’ossement ou de cadavre en décomposition. Et l’âme des morts continuait de lui hanter l’esprit. Mais, après tout, peut être était-il le seul à les entendre… c’était en quelque sorte sa punition pour les actes atroces et inhumain qu’il leurs avait fait…
L’odeur du sang frai commença alors à surpasser l’odeur d’humidité, mais le tyran ne pouvait s’en rendre compte, trop absorbé par tous les souvenirs de tortures que lui rappelait toutes ces cellules. Il n’en reconnu pas d’ailleurs la présence de la jeune maréchale, quelques couloirs plus loin. Et ce fut alors qu’il marchait, l’esprit ailleurs qu’il la vit dans les bras d’un inconnu, à ces pieds, les corps évidés de soldat ennemi. Si belle… Si magnifique… Si sublime… Si désirable… Sa tête enfouie dans l’épaule de l’inconnu laissait tout de même voir que des larmes roulaient le long de ses cheveux de feu. Oui, Ryoma Orakami, la terrible et téméraire maréchale pleurait… Cette vision le rendit muet. Elle était si belle…


Dernière édition par Akuma Jigoku le Sam 23 Jan - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryoma Orakami
~ Fondat' | Maréchal ~
avatar

Nombre de messages : 1664
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Mar 5 Jan - 23:42

Les chaudes larmes coulaient toujours le long de ses joues rosie par le chagrin. Elle fermait les yeux cherchant a vider de son esprit
toute ces visions d'horreure, tous ces amis mort, tous ces corps mutilés, tout ce sang, cette odeur de mort planant dans l'air.
Elle sentait presque l'âme de ses amis lui demander où elle était quand eux se faisaient massacrer. Cette sensation rendait ses sanglots
encore plus douloureux, son esprit encore plus torturé... Elle ne savait pas si c'était sa conscience qui la torturait ou vraiment les âmes
de ses defunts amis lui hurlant leurs questions et leurs souffrance. Elle s'écarta de Nast regardant presque comme un fantome la
personne venant d'apparaitre dans son sillage. Il était habiller de son grand manteau de cuir noire, il n'avait pas changer de tenue,
surement qu'il n'était pas repasser par chez lui. La jeune femme non plus n'avait pas changé de tenue, toujours habillée de sa tenue
de cuir chaussée de bottes a talon aiguille, son long manteau lui aussi de cuir noire touchait les corps mutilé de ses amis. Elle se tourna
vers cet homme...Surement celui qui avait ordonner tout ça...Son aura et son regard était un mélange de pourquoi? Comment as-tu oser?
Es-ce toi? Elle fit un pas vers le tyran, le souffle cour, l'humiditer presque moisissure l'étouffait. Elle voulu faire un deuxième pas
mais son pied fut arrêter par le corps déchiqueter de Sanji, elle le reposa a terre dans un bruit spécial, un mélange de talon
heurtant doucement le sol et de tripes écrasée. Elle baissa la tête le regard toujours aussi habiter par des tonnes de sentiments
s'entrechoquant dans son esprit lui donnant la migraine. Elle parcourait de ses yeux violet plein de larmes le massacre
qu'était devenu le corps de son amis d'enfance. Lentement elle regarda une nouvelle fois Akuma, les larmes coulaient toujours
mais cette fois en silence. Elle leva la jambe pour passé par dessus le corps mutilé de son ami puis elle passa la deuxième jambe
marchant sur quelques tripes éparpillées sur le sol. Elle fixait Akuma d'un regard pesant, incomprehenssion, douleur, tristesse, cruauter...
Elle avanca de plus en plus vite vers le tyran les larmes coulant encore sur son visage. Le bout de ses bottes étaient couverte des entrailles
de ses amis, elle arriva a la hauteur d'Akuma et le giffla de toute la force que sa race lui conférait. Elle n'avait pas retenu son coup
loin de là, son visage ne réflettait plus que la tristesse et son aura était pesante. Son coeur se sérra et ses poumons se remplirent de
l'air si renfermer de la prison:


"POURQUOI ! Qu'est-ce qui t'a pousser a faire ça Akuma...Pourquoi veux-tu me détruire ainssi...Quel plaisir y prend tu..."

Sa voix presque haineuse au début devenue douleur et murmure a la fin. Elle était persuadée qu'il avait commenditer ces meurtres.
Mon dieu mais si il voulait lui faire mal qu'il la frappe qu'il la torture mais qu'il ne tue pas ses amis ainssi...D'un autre coté c'était de
bonne guerre, il faisait partit d'un camp et elle du camp adversse, tout les coups sont permis. Elle empoigna Akuma lui hurlant une
nouvelle fois "Pourquoi". C'était la seul chose qui lui venait à l'esprit...Pourquoi...

_________________
Invité, soit mon ami car si tu es mon ennemis et que tu es sur mon chemin tu va souffir ;)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedelamagie.frbb.net/
Nast
~ Soldat personnel de Ryoma ~
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 24
Localisation : un coin pommer du gars
Date d'inscription : 12/12/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Mer 6 Jan - 15:39

L'air était humide et une odeur de mort emplissait le cachot. Le silence était pesant, jusqu'à ce qu'un homme entre dans la prison. Je croyais au début que c'était Asmodée qui revenait mais très vite je compris que ce n'était pas ça. L'ombre d'un homme s'approchait de la porte ouverte mais Ryoma n'y faisait pas attention jusqu'à ce qu'il entre. Il était grand, cheveux noirs, et une aura terriblement puissante. Lorsque Ryoma se leva, le gifla et prononça son nom, je compris de qui il s'agissait.
"Le tyran! Impossible! Comment...qui que de quoi?!"
Je ne bougeai plus, tétanisé par la pression, que faisait-il ici? Est ce que cela faisait aussi partit du piege? toutes ces question s'entremellaient, j'était complettement déboussolé. Si un combat éclate entre la Maréchal et le Tyran, je n'avais aucune chance de m'en sortir vivant... Ryoma laissait sortir toute sa haine et son aura était devenue mostrueuse... je sentais une oppression m''écrasé, tellement intensse qu'on pouvait presque la toucher. J'eu une envie soudaine, cette sensation uqe les humain ressentent souvent, une envie énorme de disparaitre...nan, disparaitre ne serais pas suffisant face au Tyran, et la faculté de me téléporter ne m'a jamais été offerte... j'étais là, coincé entre deux géant, inutile...impuissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akuma Jigoku
~ Admin | Tyran ~
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 23
Localisation : Coincée dans les chiottes depuis 300 ans déjà... Elle est où la clée??
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Mer 6 Jan - 19:28

Alors elle redressa son visage, le regardant sans le voir, tant son esprit était hanté par la vision d’horreur que lui infligeait les corps déchiquetés de ces amis, et les larmes lui qui lui brouillaient la vue. Elle s’était écartée de l’inconnu, qui, à première vue, d’après ses longues oreilles pointues qui dépassaient de son bonnet, appartenait à la race lutine. Alors la maréchale, le regard emplit de haine et surtout d’incompréhension, s’était avancée vers lui, son long manteau de cuir noir traînant dans le sang carmin de ses compagnons d’armes. Visiblement, elle était persuadée que s’était lui qui avait donné cet ordre de les torturer à mort. Akuma, quand à lui, n’avait toujours pas dit un seul mot, ses yeux de glace plongés dans ceux de lilas de son ennemie, suivant soigneusement du regard les larmes cristallines qui roulaient lentement le long de ses joues claires et douces, lui rappelant celles qu’il avait versé tout à l’heure, en pensant à elle.
Et Ryoma fit un pas, enjambant le corps d’un des cadavres dont les entrailles malencontreusement dispersés vinrent s’empalés sur ses talons aiguilles. Et son regard était toujours autant chargé d’incompréhension, que de douleur et de chagrin… Ses jambes qui, peu de temps avant, étaient tremblantes, finirent par prendre de l’assurance, rendant sa course en direction du jeune homme, de plus en plus rapide. Et, sans qu’il ne puisse réagir à temps, trop hypnotisé par la beauté des larmes qui glissaient doucement le long de ce visage pâle qu’il aimait tant, la main ganté de cuir de la jeune femme s’abattit contre sa joue en une claque violente qui lui fit tourné la tête. Puis elle commença à lui poser des questions, à le remettre en doute et en cause sur ce qu’elle prétendait qu’il avait fait. Sa voix était haineuse et son aura atrocement pesant, surtout dans l’espace confiné qu’était la prison de pierre grise. Elle l’avait alors prit par le col de son manteau de cuir, lui hurlant des « pourquoi » chargés de chagrin de d’incompréhension.
Alors, lentement, le tyran tourna son regard glacial vers Ryoma, et avant même que son cœur ait put contrôlé sa raison, l’une de ses mains gantées de mitaine de cuir noir vint frappé avec puissance contre la joue de la jeune inconsciente, lui faisant lâché le col de son manteau qu’elle agrippait pourtant avec haine, et la fit reculé de quelques pas. Le démon soupira alors, en rajustant les plis de son long vêtement, sans porter la moindre attention à l’ecchymose rouge qui se formait sur sa joue, tranchant avec la pâleur de sa peau.
Loin derrière Ryoma, l’étrange lutin semblait paniqué, comme perdu. Mais, cela n’importait que peu au jeune homme.


« Pauvre idiote ! Qu’est ce que cela pourrait bien m’apporter de tuer ces misérable ? Rien, absolument rien… Alors pourquoi l’aurais-je fait ? Leur sang est encore chaud… Ils étaient encore vivant il y a peu… Et pourtant, je viens d’arriver… La haine que tu me portes t’aveugle donc au point de m’accuser de tout les faits qui te dépassent et que tu désapprouves ? Evites d’écouter ton cœur, ce n’est qu’un conseil d’ami… »

Sa voix avait été douce, prononcé en un murmure qui tranchait avec l’agressivité de la maréchale qui l’avait attaqué alors qu’il était innocent. Machinalement, il frotta sa joue rougie par le coup.

« Navré que leur mort t’attriste à ce point, mais tu ne pourras pas pour autant m’accusé de leur assassinat afin de te défouler… Si j’avais voulu te faire souffrir, je me serais contenté de te tortuer puis de te tuer… Je ne suis pas assez vache et cruel pour agir de la sorte sur les sentiments de ceux que j’apprécie… J’ai un minimum de pitié, tout de même… Enfin bon… Qu’importe…Puis-je savoir que me vaut l’honneur de ta visite dans mon humble et… charmante prison ? Avais-tu pour projet d’aller sauvé ces quelques âmes désormais damnées ? Cependant… à mon goût, ces quelques soldats disparus n’auraient manqués à personne… Sans doute, leur charmante épouse se seraient tragiquement suicidées…Tu aurais pu envoyé quelques petits militaires pour les recherchés…Mais je ne vois pas pourquoi, toi, tu viendrais les cherchés… Et puis, c’est qui, lui ? Tu n’espérais tout de même pas qu’un tel gringalet puisse t’aider à porter les corps de tes amis ? Ho… à Raxephone, l’espoir est partout à ce que je constate… »

La voix du tyran était toujours aussi douce, tout en étant légèrement tinté d’ironie. Akuma avait pointé du doigt le jeune homme à l’apparence lutine lorsqu’il avait demandé à la maréchale son identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryoma Orakami
~ Fondat' | Maréchal ~
avatar

Nombre de messages : 1664
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Mer 6 Jan - 21:55

Comme pour calmer Ryoma pleurant et hurlant le tyran la frappa a son tour la faisant reculer. Elle porta la main a sa joue qui
rougissait marquant la main d'Akuma sur sa joue pâle. Par la suite il soupira, Ryoma ne le regardait plus, il lui dit d'un ton
doux mais qui paru aux oreilles de Ryoma comme une réprimande presque comme si il la prenait de haut:


« Pauvre idiote ! Qu’est ce que cela pourrait bien m’apporter de tuer ces misérable ? Rien, absolument rien… Alors pourquoi
l’aurais-je fait ? Leur sang est encore chaud… Ils étaient encore vivant il y a peu… Et pourtant, je viens d’arriver… La haine que
tu me portes t’aveugle donc au point de m’accuser de tout les faits qui te dépassent et que tu désapprouves ? Evites d’écouter
ton cœur, ce n’est qu’un conseil d’ami… »


Evites d'écouter ton coeur?! Il dit ça et il s'étonne encore que je l'ai soupconner, il n'y a que quelqu'un qui n'écoute pas
son coeur, que quelqu'un qui n'a pas de coeur qui peut agir ainsi! Mais il est vrai qu'il n'aurait eu le temps de les tuer mais
il aurait très bien pu commanditer ces meurtres quel que soit le moyen! Sa haine oui l'aveuglait mais pas pour les même raisons
auquel pensait le tyran. Le soleil se levait peu a peu éclairant par la meurtrière, cette toute petite ouverture dans le mur,
la scène horrible qu'était le massacre de ses amis d'enfance. Pas la suite, Akuma continua. Ce qu'il dit mit Ryoma hors
d'elle, comment cela ils ne manqueraient a personne?! Et le suicide de leurs épouses ne vallait donc rien a ses yeux? Et il
dit avoir de la pitié?! Et il ne voyait pas pourquoi Ryoma s'était déplacée elle même... Pas la suite il se moqua presque
de Nast le traitant de gringalet ce qui fit ticker Ryoma crispant son visage. Un fois qu'il eu fini toute sa litanie elle lui dit
d'un ton sec, froid et haineux:


« Si je me suis déplacée...C'est parce que c'est gens que tu vois là étaient mes amis! Les meilleurs amis que je n'ai jamais eu!
Tu n'es donc même pas capable de contrôler ce qu'il se passe dans ton propre domaine?! Au tel point que j'en arrive même a entré
sans que personne ne m'arrête?! Tu te dit doté d'un minimum de pitié mais tu n'a aucune concidération pour les épouses de ces
gens qui sont elles aussi mes amies! Mais cela ne m'étonne pas! Tu es aigris! Solitaire! Dépourvu de sentiments dans ton attitude!
Tu prefere freindre d'en avoir par peur de les laisser parler! Tu n'as personne! Tu t'autodétruit! Tu n'as personne! »


Sa voix était cassé par la colère et les larmes. Elle rugissait presque dans ses dernières phrases...Il faut dire qu'elle souffrait
de plus en plus et son aura le faisait sentir.

_________________
Invité, soit mon ami car si tu es mon ennemis et que tu es sur mon chemin tu va souffir ;)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedelamagie.frbb.net/
Nast
~ Soldat personnel de Ryoma ~
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 24
Localisation : un coin pommer du gars
Date d'inscription : 12/12/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Ven 8 Jan - 15:18

Nast n'osait toujours pas ciller, de peur de se faire transformer comme les cadavres mutilés qui gisaient sur le sol froid et moisi de la prison. Mais quand le Tyran leva la main pour l'abattre violemment sur la joue de Ryoma, il ne pu s'empécher d'avencer instinctivement, un homme qui frappe une femme dans un état pareille ne devrais pas être un Tyran, même du pire des royaumes. Les poing de Nast s'étaient sérés par la colère et son aura reprennait une forme sanguinaire, il voulait détruire l'auteur de ce carnage, mais il savait très bien qu'il n'en avait pas la force. Cela ne l'empécha pas de s'approcher du tyran.
"Tu n'a donc aucun remort à faire souffrir Ryoma encore plus qu'elle ne souffre?!" Dit-il entre ses dents, ayant retenu de justesse de crier au nez d'Akuma toute la haine qu'il ressentait pour lui. Il n'écoutait pas tout ce qu'il disait, il s'en fichait car de toute façon quoi qu'il pence il suivrait Ryoma dans tout ses choix.
Mais se faire traiter de gringallet, c'était un peu trop, il serrait maintenant les poing et s'enfonssait les ongles dans la peau, se retennant à présent de sortir ses ailes et cornes et d'enfoncer son trident entre les deux yeux du tyran, mais un jurons sortit tout de même de sa bouche mais à peinne articulé.
Il essaya de reprendre son calme, le tyran afirmait que se n'était pas lui, mais Ryoma s'obstinait à l'accuser. Bien sur, Nast n'écouterai que les affirmations de la maréchal, mais il était curieux de savoir qui avait réélement fait ça. Le soufle cour, la voie tremblante, il demanda:
"Vous affirmez que se n'est pas vous qui avez ordonné ce carnage...mais alors savez vous qui a fait ça?"
Il devait savoir, bien sur il ne cherchait pas à créer des lien avec le tyran autre que ceux de la haine, mais l'envie de venger Ryoma, de lui montrer qu'il était digne d'être son soldat, était grand, il y laissera la vie sans réfléchir à present c'était décidé, il mourrait pour elle sans regrets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akuma Jigoku
~ Admin | Tyran ~
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 23
Localisation : Coincée dans les chiottes depuis 300 ans déjà... Elle est où la clée??
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Ven 8 Jan - 21:47

Suite à la gifle que lui avait porté Akuma, la maréchale avait écouté ses paroles, la main sur sa joue rougit, tandis que l’inconnu avait fait un pas, serrant les poings. La tension qui régnait dans le cachot était de plus en plus lourde et électrique. Au dehors, la tempête semblait s’être passée, ou n’avoir pas eu lieu, car désormais, le soleil éclairait faiblement par la meurtrière, le visage de Ryoma, et le carnage qui l’entourait.
La manière dont il parlait la faisait visiblement souffrir, tout comme le lutin qui semblait n’avoir en son cœur que les émotions de sa supérieure. La haine qui dansait dans le regard de l’inconnu était mêlée à un sentiment de peur due à son infériorité face à ces deux ennemis. Après avoir entièrement écouter ce que le tyran avait dit, la jeune femme lui répondit d’un ton froid, sec et haineux que les personnes qui gisaient désormais au sol étaient ces meilleurs amis et qu’il était incapable de contrôler ce qui se passait dans son propre camp. Elle remit aussi en doute la pitié qu’il avait, l’accusant de n’avoir pas le moindre sentiment, et d’être seul… Que tout ce qu’il faisait le tuait. La colère de la jeune femme avait finit par refaire place aux larmes, des larmes atrocement sincères, aux points qu’Akuma en avait presque un sentiment de culpabilité, bien qu’il ne soit absolument pas mêlé à cette affaire.
Le lutin, quand à lui, comme pour enfoncer le couteau dans le cœur du jeune homme déjà meurtrit de voir les larmes de celle qu’il aime, lui demanda s’il n’avait pas le moindre remords de la faire souffrir. Cependant, sa haine, bien que directement copier sur celle de Ryoma, semblait être un minimum contrôlé, car il cru tout de même que le tyran n’avait pas fait ces meurtres, et lui demanda s’il savait qui l’avait donc effectuer, certainement dans l’espoir de venger la jeune femme. Une parfaite dévotion hiérarchique pour celle-ci brillait désormais dans son regard ; s’il devait mourir pour la sauver, il le ferait.
Akuma soupira une nouvelle fois, avant de répondre à toutes ces questions, avec son habituel ton calme et doux.


« Tes amis… Soit ! Ce mot ne signifie rien pour moi… Des véritables amis n’en n’ai jamais eu… Accorder sa confiance, c’est offrir son dos au couteau… Qui te dit qu’ils ne se seraient pas rebeller contre toi, au moment où tu ne t’y attendrais le moins… Et puis, qu’importe de contrôler mon camp, du moment que mes soldats ont de quoi manger et s’amuser, ils resteront à mes ordres… c’est la loi humaine… Et puis, à mon goût, te laisser les portes ouvertes est moins coûteux que de te les laisser fermer… Car même closes, tu les aurais défoncées pour entrer… Et puis, en ce qui concerne ma pitié, je peux très bien te retourner la question… As-tu de la pitié quand tu massacres mon peuple ? Penses-tu à leur famille ? Je ne le pense pas… Nous sommes donc tout deux aussi cruels l’un que l’autre… n’est-ce pas tragique ? Deux ennemis qui, malgré leurs différentes opinions, sont tous deux des assassins… »

Certes, c’était une douceur froide qui était présente dans sa voix, mais de la douceur quand même, comme une sorte de nostalgie proche du remord. Comme s’il insinuait qu’il aurait pu en être autrement… S’il avait su avant, ce qu’il allait devenir, sans doute aurait-il fait d’autres choix… Mais justement, il avait laissé sa vie le porter, sans but… Et voila où cela l’avait mené… A vivre en enviant la mort…

« Quand à toi, le lutin, sache que je vois bien que Ryoma souffre, mais, plutôt que de chercher vainement à la réconforter, car étant donné qu’elle me hait plus que tout, je préfère lui faire prendre conscience de certaines choses. La vengeance ne mène à rien… Honorer la mémoire de ses amis, comme c’est une noble quête… Mais vaine… Chaque mort entraînera représailles… Vil cercle vicieux… La chute d’une pierre cause la chute d’un empire… Si vous voulez éviter les pertes inutiles, oublier la vengeance… »

Bien que le début de ses paroles étaient destinées à l’inconnu, la fin était, à ses yeux, une morale valable pour tous… Mais, aveuglée par la haine, Ryoma la comprendra-t-elle ? Son seul défaut dois être celui de trop laisser parler son cœur…

« Voyons, il faudra savoir, un coup tu me tutoies, et maintenant, tu me vouvoies… Enfin, qu’importe ! Combien de temps devrais-je encore clamer mon innocence ? Tuer ces personnes ne me servirait à rien… Après, je serais incapable de te dire qui aurait pu faire cela… Il y a beaucoup de personnes assez fêlées pour venir passer le temps ici, en massacrant quelques prisonniers qui sembleraient inutile… C’est dommage, j’aurais bien aimé les connaître de leur vivant… Sans doute auraient-ils exulté leur dévotion pour Ryoma…. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryoma Orakami
~ Fondat' | Maréchal ~
avatar

Nombre de messages : 1664
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Sam 9 Jan - 1:43

Akuma recommenca avec ses paroles jugée par la jeune femme inutile. Cet homme avait le don de
parler pour ne rien dire d'après elle. Elle retira sa main de sa joue dévoilant une echimose de
la forme de la main du jeune Tyran. Elle écouta silencieusement l'homme qu'elle devrait
étripée sans hésitée faisant un signe discret a Nast de ne pas bouger. Elle croisa les bras
d'un air renfrogné, beaucoup, quand elle faisait cette moue la comparait a une enfant qui
faisait un caprice, certains disaient même qu'elle était une enfant dotée de pouvoirs qui
la dépassait. Pourtant...Ryoma donne bien volontié cette image et laisse, amusée, courir
les rumeurs mais c'est loin d'être le cas, son enfance, on lui a enlevée quand ses
parents adoptif ont été tuer. Depuis, son esprit est sans cesse remplit de nouveau plans de
bataille, de stratégie pour l'aprovisionnement en nourriture, elle doit pensé a tout pour
des miliers de personne qui vivent sans trop s'en rendre compte. Ryoma avait froid, elle
sentait sa partie démoniaque prendre de plus en plus possesion d'elle, c'était pour cela
qu'elle ne pouvait pas prendre son apparance démoniaque, elle s'éfforcait de garder
une part d'humanité en elle bien qu'elle n'ai jamais été humaine. Plus la colère l'envahissait
plus elle laissait sa partie demoniaque prendre le dessus... Elle ne preta pas attention
aux paroles d'Akuma et tourna les talons. Elle s'accroupie et ramassa les colliers
avec le matricules de ses amis pour les aporter a leurs familles. Elle glissa les colliers
dans la poche de son manteau de cuir avec une certaine amertume gravé sur le visage.
Elle semblait comme dans sa bulle, seul, dans sa bulle... Elle regarda le corps le moins
massacré, s'accroupie et lui caressa la joue, c'était le corps de Sanji, son meilleur ami.
Peut être qu'Akuma dit vrai, peut-être Ryoma est-elle aussi cruelle que lui mais elle, elle
lutte contre cette partie froide et cruelle. Trahison...Non jamais ils ne l'auraient
trahis, Akuma n'a personne comment pourrait-il ne serais-ce que concevoir la loyautée?!
Même lui n'est pas loyal envers lui-même. Elle parut en pleine réfléxion, les yeux dans le
vide, le visage figé. Par la suite elle ferma les yeux, soupira un grand coup et se glissa
près de Nast lui chuchotant qu'il était temps de partir. Si elle restait plus longtemps
avec ce moralisateur d'Akuma qui, devrait d'abord se faire la moral avant de la faire aux
autres la situation allait tourné a l'affrontement. Elle sortie de la cellule se trouvant
dans le couloir, frolant Akuma, elle partit sans se retourner vers ce dernier. Elle devrait,
en marchant rapidement arriver a Raxephone vers midi. Plus elle se rapprochait de la sortie
plus elle sentie l'air de la prison devenir lèger et plus purs en oxygène, moins saturé en
odeur de sang frai et de chair pourrissant depuis des semaines dans les cellules.

_________________
Invité, soit mon ami car si tu es mon ennemis et que tu es sur mon chemin tu va souffir ;)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedelamagie.frbb.net/
Nast
~ Soldat personnel de Ryoma ~
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 24
Localisation : un coin pommer du gars
Date d'inscription : 12/12/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Dim 10 Jan - 14:08

C'était l'heure d'y aller apparemment. Ryoma était sortie, certainement car elle ne pouvait rester plus longtemps sans engager le combat. Nast regardais avec appréhension la porte qui se trouvait derrière le tyran et qui malheureusement était la seul issue. Il ne pouvait s'empêcher de penser à ce qui se passerai si Akuma lui bloquerai le passage-la perspective d'un affrontement en duel n'était pas très réjouissante. Il s'approchait doucement de la sortie, avec un petit noeud à l'estomac, mais il put sortir finalement sans souci.
Dehors, la neige avait cessé de tomber et la tempette avait laissé la place à un soleil radieux. La neige fraiche recouvrais le sol, elle brillait de mille feu en reflettant les rayons du soleil. Nast aurai sans doute éclaté de joie devant cette vision si seulement son ésprit n'était pas tourmenté en tranché à vif par le spéctacle d'horreur qu'il avait vue auparavant. Il retrouva Ryoma -facilement repérable dansl a neige blanche- elle était immobile et regardait la neige sans dire un mot, son aura était sombre, vraiment sombre, comme si elle était en plein combat intérieur.
Nast s'approcha doucement de Ryoma, posant un main sur l'épaule de la maréchal qui réstait immobile tel une statue de glace.
"Il est temps de rentrer maintenant Maréchal. Des familles méritent de savoir rapidement vous ne pencé pas?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akuma Jigoku
~ Admin | Tyran ~
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 23
Localisation : Coincée dans les chiottes depuis 300 ans déjà... Elle est où la clée??
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Lun 11 Jan - 21:04

Visiblement, Ryoma écoutait sans le moindre intérêt les paroles prononcées par Akuma, espérant juste qu’il se taise enfin pour pouvoir partir. Mais, après tout qu’est-ce qui la retenait ? Si elle trouvait les conseils de son ennemi si ennuyant, pourquoi ne partait-elle pas avant même qu’il est fini d’exposer son opinion ? La jeune femme avait croisé les bras, et fit son adorable moue boudeuse, semblable à celle d’une enfant capricieuse. Une enfance brisée, par sa faute à lui… Il avait tué les parents adoptifs de la maréchale, mettant un terme à son innocence enfantine, la laissant seule face au monde… Mais, justement, c’était parce qu’on lui avait arraché son enfance, qu’au font de son cœur, elle n’avait pas totalement grandit… Enfin, c’était le point de vue qu’avait le tyran vis-à-vis d’elle, parce que lui aussi n’avait pas eu d’enfance, et c’était très certainement pour cela qu’il lui arrivait d’agir sur un simple coup de tête…
Le jeune homme parlant toujours, la démone finie par se désintéresser entièrement de lui, sans le moindre doute saturée des paroles incessante qu’il lui adressait, et que sa haine empêchait de comprendre. Elle s’accroupit au milieu des corps, et ramassa les matricules de ses défunts camarades. Voyant qu’il n’était plus du tout écouter, le tyran finit par se taire, le visage impassible,et ses yeux de glace posés sur la jeune femme affairée à sa besogne. Elle s’était alors déplacée en direction du corps le moins mutilé, et commença à lui caresser doucement la joue. Une haine atroce avait désormais prit au ventre le jeune démon. Même mort, elle les préférait à lui… Jamais elle ne l’aimera… Et lui continuera à souffrir seul, en silence… Puis, elle s’était levée et avait adressé quelques mots à Nast, lui faisant signe qu’il était l’heure de partir. Alors elle quitta la cellule, frôla le jeune homme qui resta impassible à son contact, et quitta la prison sans se retourner. Le lutin la suivit, et le tyran ne fit rien pour l’en empêcher, se contenant de le toiser froidement du regard.
Il était désormais seul dans le cachot, l’esprit totalement perdu. Perdu entre la haine qu’il portait envers Ryoma, et l’atroce envie de la massacrer, alors qu’elle l’ignorait parfaitement, ne prenant pas le moins du monde en compte les conseils qu’il lui donnait, et l’amour qu’il avait pour elle… Le simple fait de la regarder le rendait heureux, et il ne pu dire quels sentiments l’avaient envahis lorsqu’elle l’avait frôlé…Son doux parfum lui avait fait tourné la tête, mais l’odeur putride de la prison ne tarda pas à le faire revenir à la raison. Il n’avait pas la moindre chance… Il en était plus que conscient…
Ses yeux de glace s’étaient alors posé sur les cadavres qui jonchaient le sol, et croisèrent le regard désormais vitreux de Sanji. Un regard qui semblait le nargué, comme s’il lui rappelait la caresse que le cadavre avait reçu, et que lui, ne recevra jamais…Que si Akuma n’avait pas été né à Navalhars, mais à Raxephone, il aurait pu lui aussi être sous les ordres de la maréchale, mourir en son nom, et recevoir sa caresse en dernier adieux… Pour lui, cela était de loin une mort enviable… Mais il en avait été autrement… Il n’était pas la victime, mais l’accusé… Un rire froid s’échappa de ses lèvres, et il fit un pas en direction du défunt, puis un autre, et, le surplombant, le toisa glacialement du regard. Plus jamais il ne voulait voir son regard… Mêlant douleur et faible espoir de survivre… Et certitude de mourir pour quelque chose qui en valait la peine… Un regard… Qui disparu… Exaspéré d’avoir dû retenir sa colère, il finit par se venger sur le corps de Sanji, le frappant violement de ses rangers de cuir aux semelles compensé de métal. Les coups devenaient de plus en plus violent, et son rire de plus en plus glacial et nerveux. Le cadavre avait finit par se retrouver coincer contre le mur, son visage mutilé tourné vers son agresseur. Enfin, par un coup violent, la face du crâne de Sanji finit par s’empaler sur l’un des chaussures du tyran, qui du la fracasser d’un coup de pied pour s’en sortir, répandant ainsi sur les dalles humides des morceaux de cervelle imbibées de sang et des dents brisées. Ce n’était plus un visage qu’avait le soldat, mais un trou béant qui reliait le sommet de son front à ce qui restait de sa mâchoire inférieure. Son rire devenu diabolique, Akuma recula de quelques pas, regardant la bouillie de chaire sanglante et d’os qui restait du cadavre, puis soupira en regardant ses chaussures devenue rouge par le sang. Oui, Ryoma ne l’aimera jamais, mais, qu’importe ! Le fou rire du tyran résonnait dans les cachots, rappelant au mur les échos des temps jadis, où il passait dès journées entières à faire subir des tortures les plus infâmes, pour faire avouer aux captifs toutes leurs informations, et pour se venger de l’amour qu’il ne recevra jamais de celle qu’il aime, transformant sa passion pour elle en une haine féroce et insatiable…
Le rire glacial et cruel, mais avec tout de même un étrange ton enfantin, qui régnait dans la prison s’arrêta alors, subitement, laissant place à une atroce quinte de toux, qui brûlait plus que douloureusement la gorge du tyran. Il fallut attendre quelques minutes pour qu’elle s’arrête enfin, laissant place au silence pesant des cellules. Akuma s’était assis sur l’un des bancs en pierre, ses mains tremblantes portées à sa gorge. Encore une nouvelle crise… Comme la maréchale lui avait fait remarqué plutôt, la cigarette et la drogue avaient cruellement atteint à sa santé, transformant le simple fait de rire en une torture… Sans même qu’il ne s’en soit rendu compte, des larmes avaient roulé le long de ses joues, comme pour lui prouver que, même s’il haïssait la vie, il ne devait pas mourir… Ou du moins, pas comme ça… Pas comme un chien…
Le jeune homme, le visage bien plus pâle que d’ordinaire, ce qui contrastait avec les sillons de maquillage noir qui avait coulé le long de ses joues; avait attendu quelques instants, assit sur le banc, avant de se lever, déterminer à aller dehors pour respirer de l’air pur. En se levant, il jeta un dernier regard à la masse informe qu’était le corps de Sanji, puis, quitta la cellule et se rendit dehors, se frottant machinalement sa joue rougie par la gifle de Ryoma.
De la tempête, il ne restait qu’une épaisse couche de neige blanche qui reflétait de manière aveuglante, la lumière du soleil. Il dû alors porter sa main gantée en visière pour pouvoir observer les alentours, et ce fut avec un soupir rageur qu’il vit que les deux membres de Raxephone étaient arrêté à quelques pas de lui. Il n’y avait que très peu de chance qu’ils ne l’ai pas entendu tousser… Le jeune homme soupira, et fit quelque pas dans la neige, laissant sur le sol des taches du sang de Sanji. D’un claquement de doigt, il alluma une cigarette qu’il porta à ses lèvres et soupira en portant machinalement sa main à la garde de son sabre, caché sous son manteau.


« Il fait un temps radieux, n’est-ce pas… »

Ce n’était pas vraiment une question, juste une affirmation ironique qu’il se faisait à lui-même, et à ceux qui était proche de lui, au cas où son avis les intéresserait… Mais étant donner le mépris qu’ils lui portait, il en doutait fort…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryoma Orakami
~ Fondat' | Maréchal ~
avatar

Nombre de messages : 1664
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Mar 12 Jan - 1:14

Nast avait fini par rejoindre Ryoma qui s’était arrêté le cœur brisé, l’esprit vide.
Tous ces événements l’avaient presque traumatisée, il fallait qu’elle se calme et qu’elle
canalise sa partie démoniaque pour l’apaisée. Si elle laissait cette partie démoniaque la
submergée elle deviendrait une succube enragée et assoiffée de sang. Elle sursauta quand
elle fût ramenée à la réalité par Nast lui posant sa main sur l’épaule lui disant calmement
qu’il était temps de rentré. Le bleu qui tranchais la pâleur du visage de la jeune femme
devient rouge-violacé au fur et à mesure que les minutes passaient. Elle le regarda
tristement se forçant à sourire au jeune démon libéré, c’était son premier combat
et la jeune femme ne comptait pas le traumatisé a vie. Ses lèvres fines bleutées par
le froid souriaient mais ses yeux exprimaient la douleur et la tristesse. A chaque
expiration de la succube un petit nuage d’air chaud s’envolait à la guise du vent. Un
rire se fit entendre de la prison, les murs n’étaient pas si bien isolés, Ryoma leva la
tête en direction de la grande tour. Elle savait que c’était le rire d’Akuma, mais pas
un rire de bonheur non, un rire horriblement machiavélique, par la suite, le
silence fit sa place brusquement. Une quinte de toux violente résonna dans la prison
faisant écho jusqu'à la porte ouverte, au fur et à mesure la toux se calma pour
finalement disparaitre. Elle le détestait, non, elle le haïssait, mais pourtant l’entendre
tousser ainsi, savoir qu’il souffre a ce point la rendait mal a l’aise et l’inquiétait
presque. Par la suite une douleur lui tiraillait le ventre, où était Asmodée, qu’était-il
advenue de lui ? Elle se concentra sur son aura et le senti vivant, faible mais vivant, sa
vie n’était plus en danger. Cela la rassura mais de ne pas l’avoir a ses cotés la mise mal
a l’aise. Elle fut une nouvelle fois tirée de ses pensées par le bruit métallique des
rangers d’Akuma, puis elle l’entendit sortir de la prison claquant des doigts surement
pour allumer une de ses saloperies. Elle l’entendit soupirer et s’approcher pour finalement
dire ironiquement :


« Il fait un temps radieux, n’est-ce pas… »

Cela fit tiquer Ryoma la faisant se retourner vers lui, elle s’approcha assez près d’akuma
pour sentir leurs souffles se croisés. Elle pencha doucement la tête sur le coté fixant
toujours ce seigneur du mal. Elle leva le bras mais pas pour le frapper, pour saisir doucement
le visage d’Akuma, elle approcha un peu plus son visage et regarda ses yeux :


« Tes pupilles sont dilatées…Arrête cette saloperie…Tu vas finir par ne plus avoir besoin
d’en prendre pour planer …La drogue va finir par remplacer ton sang et tes poumons vont
te lâcher, ton rythme cardiaque est lent et pour cause tes poumons ne pompant presque
plus d’air tu n’a pas besoin que ton cœur pompe de l’oxygène… Tu vas finir par nous faire
un arrêt cardiaque Akuma… Je suis sérieuse…Prend un peu plus soin de ta santé, arrête de
fumé et surtout arrête la drogue… »


Sa voix était douce, celle d’une amie donnant des conseils a un autre ami, personne en
les regardant n’aurait pu penser que c’était deux titans censé s’étriper.

_________________
Invité, soit mon ami car si tu es mon ennemis et que tu es sur mon chemin tu va souffir ;)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedelamagie.frbb.net/
Nast
~ Soldat personnel de Ryoma ~
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 24
Localisation : un coin pommer du gars
Date d'inscription : 12/12/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Dim 17 Jan - 11:58

La neige devenait de plus en plus éblouissante au fur et à mesure que les nuages laissaient place au ciel bleu et une chaleur envoutante commençait à faire son apparition. C'était une vision presque paradisiaque pour Nattan, mais le retour de Akuma lui remit les pied sur terre, le ciel paraissait soudain moin bleu, la neige était bien moin éclattante et le regard du tyran lui glaçait le sang. Nast se mit sur ses gardes mais Akuma ne faisait rien de suspect. Ryoma en revanche commança à parler au tyran comme à un ami, peutetre même comme à un amour. A ce moment, le sang de Nast ne fît qu'un tour et sang même s'en rendre compte, il se tourna ver Ryoma.
"Mais qu'est ce que tu fou? il y a quelques instants encore tu le haïssait et maintenant tu te fais du soucis pour lui mais c'est quoi ce bordel il est pas sencé être notre ennemi?!"
Une fois cela dit, il repris son calme et baissa les yeux
"Excuse moi...mais c'est juste que..." mais il ne trouva pas les mots, il recula juste d'un ou deux pas toujours les yeux baissés sur la neige, priant pour que son intervention n'agrave pas les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akuma Jigoku
~ Admin | Tyran ~
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 23
Localisation : Coincée dans les chiottes depuis 300 ans déjà... Elle est où la clée??
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Dim 17 Jan - 20:06

Le tyran qui avait pensé que sa phrase allait laisser de marbre ses deux ennemis, fut surprit de voir la jeune maréchale s’approchée de lui, assez près pour qu’il puisse sentir sur son visage pâle les légers nuages de vapeur qui s’échappait de ces lèvres qu’il désirait tant. Puis elle avait penché son magnifique visage pâle sur le côté, le fixant d’un air presque sympathique. Un hématome violacé s’était formé sur sa joue, à l’endroit où il l’avait giflé. Son regard s’était figé sur cette marque qui tranchait sur sa peau blanche, de telle sorte qu’il ne vit qu’au dernier moment le bras de Ryoma, levé vers lui. Par pur réflexe, il porta sa main à la garde de son sabre, persuader qu’elle allait à nouveau le frapper, mais stoppa son geste en sentant les doigts de la jeune succube prendre doucement son visage, et laissant par mégarde ses splendides yeux lilas plongés dans son regard de glace, d’ordinaire si impénétrable. Elle lui murmura alors doucement qu’il devrait arrêter la drogue afin de prendre un peu plus soin de lui…
Le tyran avait doucement fermé les yeux, laissant se dessiner sur ses lèvres un sourire doux mais teinté d’ironie. Il avait posé sa main sur celle de la jeune femme, la serrant doucement, puis avait levé son regard marbré vers elle.


« Merci de tes conseils… Je tacherais de les suivre… Même si je doute fort que ma mort attristera ceux qui me connaissent… »

Son sourire était resté tendre, et les yeux toujours plongés dans ceux de Ryoma, il lui caressait doucement la main. En cet instant, nul n’aurait pu croire que tout les opposait… A vrai dire, même Akuma avait presque oublié leur rivalité. S’il avait débridé son cœur, le laissant ainsi agir à sa guise, il se serait blottit dans les bras de la maréchale, pleurant sa douleur comme l’aurait fait un enfant perdu et apeuré… Cette envie lui avait effleuré l’esprit, le faisant se rapprocher encore d’avantage de celle qu’il aimait, sentant sa poitrine frôler son torse. Et il lui souriait toujours tendrement, mais son regard brillait d’une lueur triste. Il avait jeté le mégot de son joint dans la neige, la faisant fondre légèrement à l’endroit de sa chute.
Cette proximité de la jeune femme lui brisait le cœur, lui rappelant leurs différences, mais ne faisait qu’augmenté le désir qu’il avait pour elle, jusqu’à la souffrance… Pour un peu, il se serait mit à pleurer, faisant ainsi couler encore d’avantage son maquillage…
Sa main libre avait quitté la poche de son manteau, pour frôler un cours instant l’une des hanches harmonieuses de la jeune succube. Mais la voix de l’inconnu le rappela à la raison, et dû, par un atroce effort de volonté, remettre dans sa poche, la main qui se baladait doucement sur le flanc de la jeune femme. Mais il ne put se résoudre à s’éloigner d’elle.
Il aurait voulu répondre au lutin qu’il n’avait pas tort… Mais s’il l’avait dit, il aurait dû s’écarter de Ryoma, et quitter la main qu’il tenait doucement… Akuma se contenta de baisser les yeux vers le sol en soupirant. Il ne pouvait plus soutenir le regard de la jeune femme, ni regarder ses lèvres pulpeuses d’où s’échappaient régulièrement des petits nuages de vapeur, ni regarder son corps fin et gracieux… Lui qui d’ordinaire savait si bien feindre l’absence totale de sentiments, ne pouvait tout simplement pas la regarder, de peur de s’emporter et de trahir ses émotions…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryoma Orakami
~ Fondat' | Maréchal ~
avatar

Nombre de messages : 1664
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Jeu 21 Jan - 0:58

Il avait les yeux fermé un léger sourire aux lèvres que Ryoma préféra ne pas chercher à interpréter.
Elle fut surprise quand le jeune tyran posa sa main sur la sienne, elle s’attendait à ce qu’il
écarte violemment sa main mais il n’en fit rien. Par la suite il la regarda intensément, si il avait
du faire quelque chose ça aurait été a ce moment là. Cette situation mise presque Ryoma mal a l’aise,
elle savait que la moindre once d’amitié envers lui était interdite. Il la remercia pour ses
conseils disant qu’il allait tâcher de les suivre bien que Ryoma n’en cru pas un traitre mot.
Ils s’étaient rapprocher l’un de l’autre sans même que Ryoma s’en rende compte elle sentit la main
du jeune homme frôler ses hanches et se rétracter très vite a cause de l’intervention de Nast.
Il hurlait sur Ryoma lui demandant ce qu’elle faisait, lui demandant des explications sur
son changement soudain d’attitude envers Akuma, lui demandant même si il n’était pas censé être
notre ennemi. Elle avait tourné la tête vers lui et le vis être de suite mal à l’aise a cause de
sa réflexion. Il bafouilla une excuse ou deux excuses. Elle entendit un léger soupire de
la pars d’Akuma mais s’efforça de ne pas y prêter attention. La question de Nast était fondée,
pourquoi agir ainsi, pourquoi être agressive puis douce… En réalité elle se retrouvait énormément
en Akuma, c’est un gamin perdu, comme elle, embarqué dans quelque chose qui les dépasses, une
guerre sans fin. Car visiblement ni l’un ni l’autre ne voulaient se faire la guerre… Elle
pensait qu’Akuma avait surement des sentiments pour elle mais elle s’était efforcée de les
effacer. Elle s’écarta d’Akuma, certes à regret, elle était en manque d’affection, seul et livrée
à elle-même dans un monde de fou. Elle avait le visage d’une enfant qu’on venait de tiré
d’un joli rêve. Elle regarda Nast et Akuma tour a tour avant de murmurer :


« Il faut partir, trainer en terre ennemis n’est pas bon pour notre espérance de vie. »

Elle regarda une dernière fois Akuma, comme pour lui dire cesse tout cela, cette guerre n’a
pas de sens… Il fallait qu’elle aille voir Asmodée, il souffrait, mais d’un autre coté elle
aurait aimé qu’Akuma cesse ce combat dont il semblait ne même pas prêter attention pour que
Tykawa retrouve enfin sa grandeur d’avant.

_________________
Invité, soit mon ami car si tu es mon ennemis et que tu es sur mon chemin tu va souffir ;)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondedelamagie.frbb.net/
Nast
~ Soldat personnel de Ryoma ~
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 24
Localisation : un coin pommer du gars
Date d'inscription : 12/12/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Dim 24 Jan - 15:19

Ses blessures commençaient vraiment à lui déchirer le dos et ce fut avec un certain soulagement qu'il acquiesça de la tête l'ordre de Ryoma de quitter Okuno. Ils passèrent tout deux devant Akuma et Nast le regarda comme il ne l'avait jamais regarder, comme si il essayai de sonder son âme, et c'est en regardant un homme perdu et seul qui avait reçu des résponssabilités qu'il n'avait jamais voulu que l haine de Nast envers lui se dicipa entierement, Akuma s'était embarqué dans une guerre qu'il ne voulai certainement pas.
Ils était arrivé devant les portes d'Okuno et avaient traversé la ville dans un silence presque douloureux et le reste du voyage ne s'anonçais pas plus réjoissant. Nast suivait Ryoma sans rien dire-que pouvai-t'il dire.
Avec la douleure de son dos et la sencation du sang qui ruisselai de ses blessures son démon interieur se déchainai comme il ne s'était jamais déchainé et Nast ne pu se retenir de sortir ailes et cornes pour le calmer un peu. Il volait à présent a quelques metres du sol et ne cessai de fixer Ryoma. Vite vite que ce voyage se finisse, quej e rentre chez moi au chaud et sans massacre ni douleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akuma Jigoku
~ Admin | Tyran ~
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 23
Localisation : Coincée dans les chiottes depuis 300 ans déjà... Elle est où la clée??
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   Dim 24 Jan - 16:36

La jeune femme sembla surprise de l’attitude de douceur qu’avait le tyran pour elle, au point d’en être presque mal à l’aise. Mais cependant, elle ne le repoussa pas. La maréchale s’était contentée de regarder son ennemi d’un air indéchiffrable, avant de se tourner vers l’inconnu qui lui avait demandé ce qu’elle faisait. Elle s’était alors écartée de lui, le visage légèrement teinté de regret, comme si le lutin lui avait remit les pieds sur terre. Elle avait regardé une dernière fois l’homme qui l’aimait… Un regard qui lui demandait d’arrêter toute cette folie…
Akuma plongea une nouvelle fois ces yeux marbrés dans les siennes, et en guise de réponse à la demande silencieuse de la jeune succube, il lui sourit tristement. Savait-elle qu’il la désirait depuis leur première rencontre ? Savait-elle qu’il était près à faire n’importe quoi pour qu’elle lui sourie ? Savait-elle à quel point son amour pour elle le faisait souffrir ? Il n’en avait pas la moindre idée… Sans doute l’ignorait-elle… Et cela lui brisait le cœur…
Alors il refourra ses mains dans les poches de son manteau de cuir noir en soupira, ses yeux de glace posés sur la silhouette gracieuse et svelte de Ryoma dont il avait pu doucement frôler les hanches du bout des doigts. Des hanches qui ne resteront à jamais qu’un rêve… Le jeune homme savait qu’il avait vécu un moment de proximité avec Ryoma qu’il ne vivra peut être plus jamais. Et l’espoir qui s’était formé dans son cœur alors qu’il était à ses côtés se brisa, lui donnant l’impression que le monde était bien moins beau qu’il ne l’imaginait… La neige ne lui était plus aussi blanche, et le ciel plus aussi bleu… Mais, que pouvait-il y faire ? Rien… Il ne pouvait tout de même pas prendre son ennemie par la main pour l’empêcher de retourner dans son camp, où de nombreuses familles vont apprendre le décès de leurs hommes… Non, il ne pouvait pas… Surtout pas devant l’inconnu qui avait fait se consumer si rapidement son bonheur…
Le tyran recula d’un pas, les yeux baissés et l’esprit ailleurs. Si elle ne l’avait pas repoussé, cela voulait-il dire qu’elle l’aimait ? Avait-il alors une chance ? Il ne savait pas… Il ne savait plus… Si toutes ces idées étaient claires quand il était seul, le simple fait de la voir lui chamboulait entièrement ses pensées… Dans la prison, alors qu’elle pleurait ses défunts camarades, l’idée de l’enfermer dans l’une des cellules lui était venue à l’esprit. Pour quelle lui appartienne à jamais… Mais n’est-ce pas la pire preuve de cruauté que de l’enfermer ? Cela revenait à briser les ailes du plus beau des oiseaux… Et cela, son cœur ne pouvait le supporter… Alors il s’était contenté de la regarder en silence, avec une simple question à l’esprit « Pourquoi es-tu si belle lorsque tu pleurs ? ».
L’inconnu avait acquiescé en silence à l’affirmation de la jeune maréchale, et la suivit. Le démon sentit qu’en passant à ses côtés, le lutin avait cherché à sonder son âme. Qui avait-il trouvé ? Le tyran n’en savait rien… Très certainement sa profonde et douloureuse solitude… Alors, à partir de l’aura qu’émanait l’étranger, Akuma sentit qu’en ayant entrevu son âme ce dernier le haïssait moins.
Il avait regardé la femme qu’il aimait partir, puis tourna à son tour les talons. Machinalement, il saisit son paquet de cigarette et en sortit une, hésita un instant, puis la rangea dans sa boite. S’il lui avait dit qu’il allait tenté d’arrêté, ce n’était pas pour se remettre à fumer tout de suite… Un soupire s’échappa de ses lèvres pour finir en un léger nuage de vapeur blanche. Il leva alors les yeux au ciel, pour empêcher de couler les larmes qui s’étaient formées aux coins de ses yeux de glace. Pourtant son visage était resté neutre, comme à son habitude, alors qu’à cet instant, son amour pour elle le torturait… Où allait-il aller maintenant ? Il n’en savait rien… Ses pas le guideront sans doute à la taverne… Où à défaut de fumer, il pourra boire pour oublier sa douleur… Une larme glissa le long de sa joue. Putain d’amour…..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sauvetage...Du moins c'est ce qu'ils croyaient...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sauvetage plus ou moins élaboré... [Bilbo & Aludda]
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Interdit aux moins de 18 ans
» Mado fem Lhassa-apso 9a sauvetage
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le monde de Tykawa :: Okuno :: La prison-
Sauter vers: